Les chaînes globales de valeur : le chaînon manquant dans l’intégration des échanges de l’Afrique sub-saharienne

Cafe-670x446Le flux des échanges de l’Afrique sub-saharienne s’est brusquement accru, avec un volume multiplié par cinq sur les deux dernières décennies. Cette explosion des échanges repose-t-elle sur les seuls produits primaires ? À mon sens, pas du tout ! De nombreux pays ont amélioré l’intégration dans le domaine des chaînes de valeur globales. Il reste cependant bien clair que l’Afrique sub-saharienne a encore du chemin à parcourir.

Un accroissement des échanges qui dope la croissance

Au cours des deux dernières décennies, le ratio des exportations rapporté au PIB de l’Afrique sub-saharienne est passé de 20,5 % en 1995 à 27,5 % en 2013. Cela est dû en grande partie à un accroissement de la demande de matières premières, mais pas uniquement : dans cette région, certains exportateurs hors produits de base ont réalisé des progrès impressionnants. Durant cette période, les zones vers lesquelles l’Afrique sub-saharienne exporte ont également beaucoup évolué en raison du développement des échanges avec les pays émergents tels que le Brésil, la Chine et l’Inde. La Chine est notamment devenue le plus important partenaire commercial de l’Afrique sub-saharienne.

Lire la suite de la tribune de Roger Nord sur le site de notre partenaire http://ideas4development.org/ (Le Blog animé par l'Agence Francaise de Développement).

Auteur: Rubrique Tribunes

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *