Comment financer l’accès à l’énergie en zone rurale?

Le constat : L’Afrique subsaharienne est la région où le taux d’accès à l’énergie électrique est le plus faible. Le constat est encore plus alarmant quand l’on considère les zones rurales où vivent plus de 60% de la population. L’électrification rurale a toujours été au cœur des enjeux de développement du continent africain. Sa spécificité tient du fait qu’au nom de la péréquation spatiale, toutes les régions d’un pays doivent être raccordées au courant conventionnel, en garantissant à chaque habitant un même service, une même qualité et un même prix d’accès. Mais compte tenu de l’hétérogénéité des superficies des pays du continent, l’enjeu des politiques d’électrification rurale est multiple quand à PIB quasiment égaux, le Bénin (PIB 2005 : US$ 13Milliards) avec une superficie de 112 622km2 doit électrifier toutes ses zones rurales au même titre que le Mali (PIB 2005 : US$ 15Milliards) avec une superficie de 1.240.192km2. Pourtant, ces pays ont tous ratifié les Objectifs du Millénaire pour le Développement avec des cibles d’environ 30 à 50% de couverture des zones rurales à l’horizon 2015.

Nouvelle imageToute politique d’électrification doit répondre à un besoin de développement économique pour la valorisation des régions et localités, et d’équité sociale pour l’amélioration du bien être des populations touchées. Avec le coût onéreux de l’extension du réseau, et du déploiement des énergies renouvelables qui demeurent encore cher au niveau international, la rentabilité financière ne doit pas être une des conditions sine qua non de l’investissement dans le secteur de l’énergie, mais plutôt la rentabilité économique et sociale.

D’après les statistiques relatives au taux d’accès à l’énergie électrique en zone rurale, nous remarquons une certaine homogénéité des pays africains hors Afrique du Sud et Afrique du Nord : Madagascar a un taux d’environ 5% en 2012, le Bénin entre 4 et 6%, la Côte d’Ivoire une moyenne de 34%, le Cameroun est à 12%, la Zambie à 4.5%, le Niger à moins d’un pour cent et enfin la Somalie à environ 20%.

Il est donc indispensable de trouver le modèle de financement le plus approprié pour la réalisation d’infrastructures énergétiques rurales quand bien même les secteurs public et privé, tous deux impliqués ont des valeurs et des stratégies différentes.

Le cadre : D’après les conclusions de l’étude du Club des agences et structures Africaines en charge de l’Electrification Rurale (Club-ER), le partenariat Public-Privé est marqué par une faible mobilisation des financements privés, l’existence de risques liés à des contrats imparfaits ou mal rédigés, l’absence d’un cadre juridique favorable et un besoin ardent de gros investissements du secteur public. La plupart des experts sont unanimes sur le fait que l’électrification rurale est déficitaire en termes de moyens financiers et de compétences humaines et techniques.

Que faire ?  L’ampleur et la diversité des besoins de même que la complexité et la variété des réponses impliquent une bonne compréhension des aspects soci-culturelles des populations cibles. C’est dans ce cadre qu’EDF leader français et européen du secteur de l’énergie propose une stratégie reposant sur 5 piliers :

  • Partenariat : Maximiser les partenaires locaux privés/publics.
  • Continuité : Avec des cycles relativement longs dans le secteur, tous les projets doivent s’inscrire dans la durabilité.
  • Innovation et partage d’expériences : La nécessité de la Recherche et du Développement permet d’obtenir des effets d’échelle importants dans le temps, sur le coût aussi bien que sur l’adoption d’une technologie. C’est pour cela qu’il est très important de partager les expériences pour une progression efficace.
  • Rentabilité : L’accès  à l’énergie doit entrainer le développement de plusieurs activités qui génèrent des revenus pour pérenniser le projet.
  • Mesure d’efficacité : Il est nécessaire de s’appuyer sur des évaluations régulières, que le constat soit positif ou négatif afin d’améliorer le retour d’expériences.

Des actions concrètes : Plusieurs actions ont été menées et il est important de mettre en exergue les plus phares à notre connaissance :

L’expérience EDF : EDF a développé un modèle pour l’électrification rurale décentralisé, en partenariat avec l’ADEME nommé « SSD ». Il s’agit d’un concept pour proposer un ensemble de services portés par une société de droit local. Ce programme est effectif en Afrique du Sud, au Maroc, au Mali et au Sénégal. Les SSD, ou sociétés de services décentralisés sont gérées par des entrepreneurs locaux. Initialement, une Joint Venture est mise en place avec EDF et sur le long terme, toutes les parts sont transférées vers l’entrepreneur local. Au Maroc, plus de 23 000 clients soit 161 000 personnes sont concernés par ce programme.

Le GERES au Bénin : Il s’agit d’un projet de développement d’une filière locale de production d’agro carburant dans des activités mécaniques en milieu rural. Doté d’un budget de 3,3 millions d’euros,  le projet a permis l’installation d’unité d’extraction d’huile d’une capacité de 250L/jour avec un réseau de consommateurs riche de plus de 500 propriétaires de moteur diesel qui améliorent ainsi leur empreinte écologique.

UpEnergy en Ouganda : UpEnergy contribue à combattre la pauvreté, améliorer la santé des populations et protéger les forêts en mettant à la disposition des populations des technologies propres comme les foyers améliorés. Le financement est en assuré par les mécanismes de la finance carbone. Chaque four permet d’économiser 19h de cuissons par semaine, et 5 heures de temps de collecte de bois, l’équivalent d’un litre de carburant. Au total, cela a permis d’économiser 200 000T de et de sauver plus de 600 000 arbres.

En conclusion : Etant donné que l’accès à l’énergie constitue un moyen d’accélérer l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement, nombreux sont les programmes nationaux ou internationnaux qui se développent autour de l’accès à l’énergie. Sous formes de dons, de conventions de concession ou purement financiers, la réussite de ces projets réside dans la façon dont ils seront appropriés par les populations cibles et dans la pérennisation financière de ces derniers. C’est pourquoi une formation professionnelle adaptée  et une forte sensibilisation sont nécessaires.

Au niveau régional, il s’agit de promouvoir les solutions locales, décentralisées, sur l’ensemble de la filière : de la production à la consommation. La valorisation des énergies locales aura un effet d’échelle important sur l’emploi des jeunes, l’autonomie des femmes ainsi que l’accroissement de la valeur ajoutée économique des zones qui auront accès à une énergie abordable, disponible et propre.

Enfin, Le rôle des Etats sera de définir des plans ambitieux pour le très long terme, garantissant une législation appropriée de même que de fortes incitations pour stiumler le secteur privé et indirectement l’activité économique. La gouvernance efficace ainsi que l’émergence des nouveaux cœurs de métier sont donc les mots d’ordre.

Auteur: Léomick SINSIN

Leonide M. SINSIN est doctorant à l'Université Dauphine, l'Université de Calavi, Directeur du Bureau Bénin de l'ADI et fondateur de la société ARESS au Bénin dans les énergies nouvelles. Il travaille sur les questions d'énergie et d'économie. Il est diplomé de l'Institut Français du Pétrole et de l'Institut des Sciences et Techniques Nucléaires.

Partager cet article sur :

7 commentaires

  1. Merci Léo pour cet article qui permet d'apprehender les problèmes de l'électrification rurale dans nos pays. 

    Étant donné que l'article se focalise sur l'électrification rurale, l'apport des expériences UpEnergy et GERES dans l'accroissement de l'électrification n'est pas très évident à la lecture de l'article. Peu tu Stp clarifier ce point?

    Merci encore pour ce zoom très utile sur ce problème qui touche des millions d'africains.

    Répondre
  2. Stéphane, je me permets d'apporter une clarification en modifiant le titre initial. Au délà de l'électricification, je pense que l'article essaye d'apprehender la problématique de l'accès à l'énergie d'où les apports du GERES et de UpEnergy

    Répondre
  3.  

    merci pour votre article,

    pour ma part , je suis français , mon coeur est proche de votre continent ,et je me rend régulièrement sur Lomé .

    je dispose d'offres relatives aux énergies vertes tant solaire qu'éolien

    particularité les offrs sont typées en fonction du besoin réel et donc formatées et adaptées avec des bureaux d'études.

    j'ai pour souhait la création d'une structure locale .

    pour autant l'approche du marché et la transformer en réalité se heurte à la présence des grossez stuctures telle que : véolia ,edf ,vinci etc..

    comment exister dans un tel cadre de réféncence ?

    de la meme façon j'ai une palette de produits spécifiques pour l'assainissement autonome des eaux usées permettant de rèpondre à quasiment tous les besoins ,hotels ,industries ,quartiers ,villages 

    quelques soit vos réponses je vous adresse des pensées amicales de France .

     

    Répondre
  4. Bonjour

    Pourrai-je avoir votre contact pour une consultation en énergie solaire?

    merci d'avance

     

    Répondre
  5. Je suis responsable d'une Assocition. Soutenu par la comunauté rurale, notre association  cherche un financement pour l'electrification de notre village de cinq mille habitants à Madagascar. Panneaux solaires!

    merci!

    Répondre
  6. Bonjour cher Master,

    Je viens d'exploiter cet article que je trouve très interessant et te souhaite un bon vent dans cette carriere de chercheur et consultat.

    personnelement, je suis un jeune diplômé congolais (RDC), résidant à Goma, il y a tant d'opportunités dans ce domaine mais les mayens de faire les études de base font défauts.

    Cordialement

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *