Ebola, paludisme et choléra, des tueurs complices à combattre simultanément

Image-Ebola-670x503Il est à craindre que les ravages provoqués par la résurgence soudaine et meurtrière d’Ebola en Afrique de l’ouest continueront après la fin de l’épidémie. Car en plus d’emporter des vies, de semer la terreur et d’abattre des économies déjà fragiles, le virus a également désorganisé et mis à terre les systèmes de santé des pays les plus touchés, laissant les populations à la merci des autres maladies tueuses qui sévissent dans la région, particulièrement le paludisme et le choléra.

Des maladies tueuses tapies dans l’ombre d’Ebola

L’année 2014 restera dans nos mémoires comme celle de la soudaine résurgence en Afrique de l’ouest de l’épouvantable virus Ebola. En quelques semaines, la Sierra Leone, le Liberia et la Guinée ont été traversés, les populations durement frappées,les gouvernements débordés.

Près d’un an après le déclenchement de cette crise meurtrière, on peut tirer un premier bilan humain de la razzia du tueur Ebola : près de 25 000 personnes infectées et plus de 9 500 morts. Et des mois de peur pour plus de vingt millions de citoyens vulnérables.

Mais si on peut désormais espérer une maîtrise rapide de la situation, il ne faut pas relâcher l’effort, car d’autres tueurs restent malgré tout tapis dans la région. Des tueurs qui depuis des décennies déciment des millions de personnes, et singulièrement les femmes enceintes et les enfants d’Afrique : le paludisme et le choléra.

Les chiffres sont parlants. En 2012, après plusieurs années d’accalmie, la région a été frappée par une épidémie de choléra qui a touché environ 30 000 personnes, et tué 138 patients en Guinée et 296 patients en Sierra Leone. En 2013, juste avant la réapparition d’Ebola, le Sierra Leone, le Liberia et la Guinée ont enregistré près de 5 millions de cas de paludisme ! Selon l’OMS, 5 625 personnes ont perdu la vie dans les trois pays cette année-là, foudroyées par la malaria, cette maladie pourtant curable si elle est rapidement diagnostiquée et correctement soignée. Cela représente plus de la moitié des décès enregistrés à cause d’Ebola.

Les statistiques pour 2014 seront probablement similaires et le risque d’épidémie de choléra, on l’a vu, n’a pas disparu. Le bilan pourrait même être plus sinistre encore, car dans les pays concernés, les énormes besoins mobilisés pour lutter contre Ebola ont paralysé les autres services de soin, décimé le personnel de santé, épuisé les économies locales. Les personnes les plus vulnérables — les femmes enceintes et les enfants — risquent d’être durement affectées.

En Guinée par exemple, Ebola a tout désorganisé ; les avancées de ces dernières années ont été perdues : dans la commune de Matoto, à Conakry, le taux de fréquentation des centres de santé est passé de 73% en 2013 à 34% cette année ; dans la commune de Ratoma, celui-ci est passé de 65% à 23% ! Le travail de prévention et les campagnes pour inciter les femmes à un suivi médicalisé de leur grossesse ont été stoppés ; les femmes enceintes se sont détournées des centres de santé et restent confinées à la maison pour accoucher sans personnel qualifié.

Avec le retour de la saison des pluies, Ebola maîtrisé ou pas, il n’y pas de doute : la situation en Afrique de l’Ouest reste inquiétante.

Lire la suite de la tribune de Sinan Khaddaj et Caty Forget sur le site de notre partenaire http://ideas4development.org/ (Le Blog animé par l'Agence Francaise de Développement).

Auteur: Rubrique Tribunes

Partager cet article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *